Le Boléro de Ravel (et sa partition) dans le domaine public ! ta tatatata tatatata...

, par aKa

Grand jour aujourd’hui pour les Communs de la culture : Le célèbre Boléro de Ravel entre (enfin) dans le domaine public !
Et c’est tout un symbole pour le droit d’auteur vu la rocambolesque histoire de son héritage (voir la vidéo d’Antoine Defoort ci-dessous).

Cela ne signifie pas que vous pouvez prendre n’importe quel enregistrement du Boléro et en faire ce que vous voulez, car il faut tenir compte du droit voisin des interprètes de cet enregistrement (le chef d’orchestre, les solistes, les musiciens d’accompagnement, l’arrangeur, l’éditeur...).
Cela signifie par contre qu’il n’y a plus d’autorisation à demander aux (étranges) ayants droit (moyennant finances) pour l’interpréter.

Sauf que, aussi étrange que cela puisse paraître, il y a encore un obstacle : la partition, qui appartient à l’éditeur et que vous devez obligatoirement déclarer si votre interprétation est publique.
C’est pourquoi, pour totalement « libérer » le Boléro, nous avons demandé à notre ami artisan graveur de (belles) partitions (libres) Nicolas Sceaux de nous en éditer une version propre et originale afin de participer nous aussi aux célébrations [1].
Cette partition est placée elle-même dans le domaine public volontaire par le choix de la licence : la Creative Commons CC0 Domaine Public ce qui en fait la toute première partition libre et gratuite du Boléro.
Nous n’avons pas à attendre 70 ans après la mort de Nicolas Sceaux pour l’imprimer, l’utiliser, la partager... Nous pouvons le faire dès maintenant !
Vous en trouverez les sources (issues du merveilleux éditeur de partition libre LilyPond) sur le Github de Nicolas ainsi que sur la plateforme IMSLP de dépôt de partitions.

À vos instruments, et ils sont nombreux dans le Boléro !

Et pourquoi pas, après la Symphonie du Nouveau Monde, la toute première interprétation post domaine public du Boléro de Ravel dans un prochain concert de #NuitDebout ?

Ce serait aussi une belle inauguration pour notre partition.

Notes

[1Précisons que ce travail n’aura pas été gratuit mais rémunéré avec les sous qui nous restaient du festival du domaine public. C’est le modèle économique du payé une fois (par quelques uns) pour être mis librement (et gratuitement) à disposition de tous.

@RomaineLubrique

« Domaine Public »

Mots-clés