Le calendrier de l’Avent... du domaine public ! Édition 2014

, par Véro

Le collectif SavoirsCom1 propose un « calendrier de l’Avent » autrement plus digeste et stimulant que celui des fêtes de Noël. Chaque jour de décembre, est publiée une notice présentant un auteur dont les œuvres seront à disposition de tous en janvier 2014. Une façon d’inviter à (re)découvrir ces œuvres, et de fêter leur entrée dans notre patrimoine commun.

Le principe est simple : chaque jour de décembre, une notice d’un auteur entrant dans le domaine public est publiée sur le site du calendrier de l’Avent du domaine public. Notice écrite par des collaborateurs volontaires de tous horizons et placée sous la licence Creative Commons CC0. C’est une façon de célébrer cette entrée d’œuvres dans un patrimoine commun, événement, il faut bien le dire, peu souligné par les médias ou le ministère de la Culture.

Mais quels auteurs ? Cette sélection est, elle, loin d’être simple : elle était l’objet d’un atelier auquel nous avons participé en octobre dernier, organisé, dans le cadre de Villes en Biens Communs, par le collectif SavoirsCom1, sous l’égide de leurs fondateurs, Lionel Maurel (que nous avons interviewé dès l’ouverture de notre site) et Silvère Mercier.

L’atelier du calendrier de l’avant

Voici la présentation de cet atelier par Lionel Maurel :

Nous nous sommes donc retrouvés dans une salle de réunion de la Bibliothèque Publique d’Information, au centre Pompidou : bibliothécaires, journalistes, enseignants, et un éditeur accompagné pour l’occasion d’étudiants dans l’édition à la faculté de Caen où il enseigne.

Nous avons tous mis la main à la pâte, à l’aide d’ordinateurs connectés et d’un framapad où chacun mentionnait le fruit de ses recherches.

Il s’agissait d’abord de chercher tous les auteurs dont les œuvres seraient dans le domaine public en janvier 2014.

Nous avons donc consulté les pages de Wikipédia listant toutes les célébrités dont la mort remonte très exactement à 1943 (car 1943 + 70 ans = 2013 et leur entrée dans le domaine public le 1er janvier de l’année suivante).

Mais les cas particuliers ne manquent pas ! Ce délai est variable selon la nationalité de l’auteur, le pays où a été publiée telle ou telle œuvre, et selon que l’auteur est mort pour la France (cas de figure fréquent en 1943)... Lionel Maurel et Silvère Mercier veillaient au grain et nous éclairaient de leurs explications en la matière.

Les découvertes du domaine public 2014

La liste des personnalités mortes en 1943 était d’une longueur impressionnante, il fallait donc sélectionner une trentaine de noms nous paraissant relever d’un certain intérêt pour le domaine public. Nous nous sommes donc plongés dans cette myriade de patronymes, chacun menant l’enquête selon ses préférences : d’aucuns se sont réparti cette liste selon une partie de l’alphabet, d’autres ont préféré se pencher exclusivement sur les auteures femmes...

Et les découvertes n’ont pas manqué !

Des réalisateurs, des poètes, des historiens d’art, des photographes, des peintres... Outre les noms bien connus encore aujourd’hui du grand public, figurent aussi un aventurier bouddhiste à la vie rocambolesque, Ignatius Timothy Trebitsch Lincoln (dommage que la traduction de ses mémoires soit encore sous droits d’auteur), ou encore John Harvey Kellogg (mais oui, vous l’avez reconnu, l’inventeur du Corn Flake, c’est lui !), ou même une certaine Jane Avril, fascinante danseuse, modèle de Toulouse-Lautrec.

Cette dernière découverte nous a d’ailleurs donné envie de lire ses Mémoires et d’en publier une notice pour le calendrier et un article pour notre site.

Les « stars » du domaine public 2014

Découvrez ici d’autres artistes, dévoilés en avant-première par Lionel Maurel :

Chaïm Soutine, peintre - Victor Segalen, écrivain - Alban Berg, compositeur... Ces artistes ont déjà leur notice de présentation mise en ligne.

À venir aussi : la notice de Camille Claudel à la fin du mois, que nous nous sommes proposé de rédiger.

Nous y avons trouvé l’occasion de revenir sur la législation des droits d’auteur avec Lionel Maurel et Silvère Mercier.

En effet, pour les œuvres écrites entrant dans le domaine public, on sait qu’on pourra les numériser, les publier en ligne, les diffuser... Mais qu’en est-il par exemple des sculptures entrées dans le domaine public ? Est-on autorisé à faire des reproductions à partir des moulages, par exemple ?

Voici leur réponse :

Rien n’est simple, donc...

Nous souhaitons longue vie au calendrier de l’Avent du domaine public. À proposer un jour en version papier, et à offrir à ses proches !

Voir en ligne : Calendrier de l’avent du domaine public

@RomaineLubrique

« Domaine Public »

Mots-clés