Domaine public : le ministère de la Culture s’engage Y entrer c’est comme une seconde naissance

, par aKa

Le 7 novembre dernier, la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, a prononcé un discours remarqué lors de la cérémonie de clôture de la journée d’échanges « Transmettre la culture à l’ère du numérique ».

Cela s’inscrivait dans le cadre de « L’Automne Numérique » dont on pourra lire le fort intéressant dossier de presse.

Nous en avons sélectionné un court extrait concernant directement le domaine public [1].

Extrait

[…] Mais accompagner la politique de l’accès d’une politique des usages, c’est aussi montrer qu’avec le numérique, ce n’est pas simplement la question de la diffusion et de l’accès aux œuvres qui est en jeu, mais bien le processus créatif lui-même, enrichi et nourri par les outils numériques. C’est le maintien de nouvelles pratiques créatives que nous appelons.

L’atelier de mashup que j’ai souhaité initier à l’École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI) a permis de montrer que les œuvres du domaine public, qui ne sont plus sous droits d’auteur, ont un rôle spécifique à jouer et peuvent constituer un terreau particulièrement riche pour l’accès et l’utilisation de contenus culturels, notamment pour favoriser l’éveil artistique des enfants. La puissance publique doit préserver, à cette fin, des espaces culturels communs gratuits. Des espaces qui inspirent la création et valorisent les pratiques artistiques amateurs.

Nous disons couramment d’une œuvre qu’elle est « tombée » dans le domaine public comme on dirait qu’elle est tombée dans l’oubli ou en désuétude ou encore qu’elle et son public sont tombés en désamour. C’est tout le contraire qui se produit lorsqu’une œuvre entre dans le domaine public. Lorsqu’une œuvre entre dans le domaine public, elle connaît une seconde naissance. Et je souhaite que mon ministère s’engage dans cette reconnaissance. […]

@RomaineLubrique

« Domaine Public »

Mots-clés