À Turin, c’est en flash mob qu’on fait la fête au domaine public ! #Teatro #Danza #PubblicoDominio

, par aKa, Véro

En Italie, l’entrée dans le domaine public, ça se joue, ça se chante et ça se danse...

Performances dans les bibliothèques universitaires

Imaginez : vous êtes jeune étudiant turinois au Politecnico, vous serez vraisemblablement ingénieur ou architecte plus tard, et vous vous appliquez à réviser pour vos examens imminents. Vous vous êtes installé à une des nombreuses tables de la bibliothèque. Le silence règne. Quand tout à coup....

De la musique, des textes déclamés, de la danse : un groupe d’une dizaine de jeunes gens offre aux yeux médusés de l’assistance un mini spectacle haut en couleurs, là, au beau milieu de la bibliothèque. Vous échangez des regards interrogateurs avec les autres étudiants, personne ne semble au courant de cette performance inopinée.
La joyeuse troupe se disperse bientôt, redonnant à la bibliothèque son silence habituel. Vous vous demandez si vous n’avez pas rêvé cet étrange moment. Mais non ; vous voyez sur les tables de la bibliothèque un petit fascicule présentant les auteurs (dramaturges, compositeurs, romanciers) que ce spectacle éclair a voulu fêter. Des auteurs tout récemment entrés dans le domaine public.

Vous venez d’assister à une « flash mob du domaine public » !

Domaine public et arts vivants

Ce que cherche à faire la Romaine Lubrique, et ce dès l’origine, c’est de sensibiliser le plus grand nombre à la question du domaine public et de la myriade d’œuvres accessibles à tous qu’il recèle. C’est en ce sens que nous participons avec SavoirsCom1 au calendrier de l’avent du domaine public. C’est aussi et surtout en ce sens que nous avons organisé en janvier dernier le 1er Festival du Domaine Public.

La prestigieuse Université Politecnico de Turin, dans ses opérations de mise en valeur du domaine public, s’est posée la même question, et ce dès 2012 : comment montrer que ces œuvres libérées des droits patrimoniaux deviennent l’affaire de tous et constituent un bien commun ? Comment faire en sorte que l’entrée d’un artiste dans le domaine public devienne un « événement » pour le plus grand nombre ?

Et c’est là qu’intervient la Fondazione Teatro Nuovo et ses jeunes élèves, conviés par Nunzia Spiccia, bonne fée du domaine public à Turin et bibliothécaire au Politecnico. De cette collaboration [1] naît l’idée de performances dédiées aux auteurs nouveaux entrants du domaine public, qu’ils soient italiens ou étrangers : du théâtre, de la danse, de la musique, interprétées par surprise au cœur de la communauté étudiante de l’université.

Trois raisons à cette association vertueuse :

  • On le sait depuis l’antiquité grecque, il n’y a rien de mieux que les arts vivants et les performances en public pour convier les citoyens aux grandes problématiques de la cité ; et le domaine public en fait partie.
  • Ensuite, si les œuvres du domaine public peuvent être partagées par tous sur Internet, encore faut-il donner envie de les redécouvrir, et les performances permettent de leur donner vie et d’y donner accès de façon incarnée et partagée.
  • Et enfin, et surtout, si le domaine public est déjà et bien souvent au cœur des débats actuels des musées et des bibliothèques, il concerne tout autant, si ce n’est plus, les arts vivants. Il recèle des textes théâtraux à mettre en scène ainsi que des musiques dont les enregistrements peuvent être librement utilisés sans autorisation à demander : autant de matériaux dont peuvent s’emparer toutes les petites compagnies de danse, de théâtre ou de musique...

Flashmobs à foison

Et c’est bien ce qu’a compris Girolamo Angione, metteur en scène à la Fondazione Teatro Nuovo, qui a accueilli avec enthousiasme la proposition du Politecnico. Il a convié professeurs et élèves du lycée d’arts et spectacle Germana Erba à l’élaboration et à la réalisation de ces fameuses flash mobs.

Et c’est ainsi qu’à Turin surgissent sans crier gare depuis 2012 des flash mobs, non seulement au Politecnico mais également dans d’autres bibliothèques et lieux culturels de la ville.

Quelques exemples en lien vidéo :

  • Une chambre à soi, essai de Virginia Woolf (entrée dans le domaine public en 2012)
  • Le Chat et le diable, roman pour petits et grands de James Joyce (entrée dans le domaine public en 2012)
  • Aleko, opéra de Sergueï Rachmaninov sur un livret de Vladimir Nemirovitch-Dantchenko (entrés tous deux dans le domaine public en 2014)

Cette année, c’est l’initiateur du mouvement futuriste Filippo Tommaso Marinetti qui est entré dans le domaine public, le premier janvier dernier. Voici ce qui a été imaginé, dans la cour de l’Université de Turin, autour du manifeste Tuons le clair de lune.

Le but : célébrer l’œuvre d’un auteur et informer sur le domaine public. Après la performance, est distribué également un petit livret explicatif.

Par exemple Piero Martinetti, seul philosophe universitaire italien qui ait refusé de prêter le serment de loyauté envers le fascisme, est entré dans le domaine public en 2014. Il y eut donc une flash mob (cf image ci-dessus) mais également production d’un document d’une quinzaine de pages (cf image ci-dessous) avec QR Code renvoyant vers de récentes numérisations de ses œuvres réalisées par l’université.

En effet, le Politecnico se prépare en amont et en profite pour numériser des œuvres de nouveaux entrants afin de concrétiser la promesse d’accès du domaine public. Ainsi lorsque le rideau de la performance tombe, les œuvres de l’auteur en question sont tout de suite disponibles.

In the mood for the public domain !

Lors de notre séjour à Turin, nous avons eu le grand privilège de visiter le lycée Germana Erba, avec Girolamo Angione pour guide. Un très grand théâtre mussolinien, transformé par la Fondazione Teatro Nuovo en une école pas tout à fait comme les autres...

De gauche à droite : Nunzia Spiccia, Girolamo Angione et Véronique Boukali, dans les coulisses du Teatro Nuovo

Une salle de spectacle énorme, un vaste plateau, deux autres salles attenantes de répétition et de projection, anciens foyers du théâtre. Et au-dessus, ce qui faisait office de balcon pour la grande scène, a été transformé en un dédale de salles de classes. Ici, on y étudie les matières classiques, comme dans n’importe quel lycée, le matin, tandis que l’après midi, les élèves apprennent la danse classique et moderne, le théâtre, la danse et la scénographie.

Au détour des couloirs et des portes entrouvertes, on voit ici des petits rats en tutu enchaîner les entrechats et les pirouettes, là des apprentis comédiens répétant une scène... Fame en Italie !

Nous avons eu la chance de voir en exclusivité les répétitions de la flash mob dédiée à Glenn Miller (qui vient d’entrer dans le domaine public en janvier 2015) interprétée par des artistes en stage.

La performance a eu lieu le 22 mai dernier, dans le magnifique jardin de la bibliothèque municipale musicale A. Della Corte, mais nous étions hélas déjà de retour dans nos pénates.

Appel à participation : on se lance demain nous aussi dans des flash mobs du domaine public en France, par exemple lors de la prochaine édition du Festival du Domaine Public ?

Voir en ligne : Pubblico dominio a Torino (Facebook)

Notes

[1Depuis sont venus s’ajouter l’Université de Turin et le réseau des bibliothèques municipales de la ville.

@RomaineLubrique

« Domaine Public »

Mots-clés