Gifanimons le domaine public Faire bouger les images d’antan

, par Véro

Petit rappel sous forme de préambule : le remix à l’ère d’internet

Le remix c’est quoi ? Des créations qui se font à partir d’œuvres préexistantes. Autant dire la forme première et naturelle de la création à l’ère du numérique. Il y en a partout, tout le temps.

Le problème, c’est qu’on n’est pas toujours autorisé à réutiliser les œuvres des autres et on se fait souvent taper sur les doigts... sauf si elles sont sous licence libre ou bien sûr dans le domaine public. Là, point d’autorisation à timidement demander et de droit à verser... et point de limite à se donner !

Deuxième petit rappel et deuxième préambule : et le GIF animé, qu’est-ce que c’est ? Quel rapport avec le remix ?

Les geeks et la vaste génération tombée-dans-l’internet-quand-elle-était-petite n’ont sûrement pas besoin de cette petite définition... Mais à Romaine Lubrique, on est fier de s’adresser à plein de gens, de tous horizons, et pas forcément des personnes issues des catégories sus-citées.

Le GIF donc. Il faut remonter à l’ère très reculée du paléolithique numérique, aux tout débuts d’internet, à l’époque étrange où la fée internet ne pénétrait dans les ménages que par une forêt sombre et inextricable de fils et de câbles, très discrètement, par le biais d’un boîtier à tout petit débit ; il y a donc une vingtaine d’années.

À l’époque donc, il était difficile de mettre en ligne des vidéos, tant la connexion supportait mal le poids de toutes les informations d’une séquence en images animées.
C’est alors que le GIF animé est apparu : le GIF est un format d’image. Et comme à l’époque d’avant le cinéma (là, on est carrément dans l’ère glaciaire), on s’est dit que faire se succéder rapidement des images pouvait créer du mouvement. Le GIF animé était né. On en a vite vu fleurir sur la toile, première forme de remix des images sur le web.

On notera que le format GIF lui-même est entré dans le domaine public en 2008 par extinction des brevets attachés.

Les GIFs animés de Gallica

Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France (et qui, pour rappel, a aussi donné naissance à la fameuse communauté des Gallicanautes dont nous avons déjà parlé sur ce site) a eu la brillante idée d’utiliser son fonds d’illustrations pour créer des GIFs animés, mis en ligne sur son compte Pinterest.

Pourquoi cette idée ? Pour « dépoussiérer » sa très belle collection et lui donner une plus grande visibilité, et pour proposer un nouveau regard sur ces belles images. À noter aussi que ces GIFs animés s’échangent très facilement sur les réseaux sociaux.

Le plus de cette opération, c’est que les GIFs animés indiquent précisément ce que sont ces images et d’où elles viennent, ce qui peut ensuite donner envie de fouiller dans la collection d’images numérisées de Gallica.

Réussite : cette opération a été saluée et relayée par différents médias (par exemple le Huffington Post).

  • Petit exemple inaugural : superbe fétu de blé d’une miniature médiévale en mouvement. Le Livre des hystoires du Mirouer du Monde à feuilleter sur Gallica.
  • Pour finir en beauté avec les GIFs de Gallica, la contribution de l’illustre ami gallicanaute Blouzouga Memphis dévoilant Alexandre III comme vous ne l’avez jamais vu. Alexandre III l’empereur de toutes les Russies, roi de Pologne et grand-duc de Finlande en une du numéro du 14 mars 1891 du Petit journal, supplément illustré, image initiale sur Gallica

Les GIFs animés qui font peurrrr

Halloween est tout juste derrière nous, mais on reste dans le thème de l’effroi et de l’inquiétante étrangeté fantastique avec une autre série de GIFs animés : celle d’un artiste américain, Kevin Weir.

Il a revisité des photographies issues du domaine public : rien moins que les très sérieuses photographies du fonds de la bibliothèque du congrès des États-Unis (pour les bilingues : Library of Congress of the United States of America).

Contrairement à l’exemple précédent, l’artiste retouche cette fois les photographies de personnages (certainement illustres en leur temps) pour qu’ils se transforment en fantômes, en chimères cauchemardesques et en terrifiantes sorcières. Effet frisson garanti, où l’on découvre que l’aspect guindé et austère des personnes photographiées contenaient déjà en germe ... leur transformation monstrueuse !

Les GIFs animés drôlatiques et iconoclastes

Et pour finir en beauté : le travail hilarant de James Kerr, dit Scorpion Dagger. Son matériau de base : les personnages de magnifiques tableaux flamands de la Renaissance. Son principe de remix : animer ses personnages en les mettant des des situations typiquement actuelles, grâce à du collage. Son rythme de travail : mettre en ligne un GIF animé par jour.

Quelques exemples savoureux :

  • une création du monde originale,
  • Adam qui discutaille avec Ève via les réseaux sociaux,
  • Jésus faire son David Guetta devant une foule en délire,

Sans compter d’autres personnages bibliques qui se font faire des tatouages, vont au drive-in, font une soirée barbecue ou cuvent leur beuverie sur le gazon. Anachronisme comique à l’effet décapant garanti ! Il y en a plein d’autres sur son site, qui vaut le détour.

À noter que cet artiste a lancé un crowdfunding pour financer un projet de livre numérique réunissant ces GIF qui s’animeraient à la lecture de cet ouvrage sur un écran.

Et pour prolonger l’exploration du GIF animé issu du domaine public :

@RomaineLubrique

« Domaine Public »

Mots-clés