Dépassons les limites des toiles de maîtres Extrapolation Artificielle

, par aKa

L’intérêt de disposer d’une version numérique (si possible voire souhaitable en haute définition) d’un tableau entré dans le domaine public, c’est qu’on peut le découper, le recoller, le modifier, le remixer... tout à notre guise.

On peut aussi s’amuser à imaginer ce que pourrait être « la suite » du tableau s’il sortait de son cadre...

C’est ce que propose Yarin Gal, avec la particularité de faire faire le travail à un ordinateur et plus précisément à l’aide de la fonction PatchMatch de son Photoshop [1].

Voyons tout de suite ce que cela donne avec La Nuit étoilée de Van Gogh.

L’original :

L’extrapolation :

D’ordinaire cet algorithme est utilisé à l’intérieur d’une photographie pour la retoucher. Imaginons que pour une raison ou une autre, vous ayez « un trou » dans votre photo. La fonction vous proposera de combler ce trou en le raccordant avec le plus de fluidité et de précision possible avec les éléments existants qui jouxtent le trou. Le résultat est souvent assez bluffant et fait la joie des manipulateurs d’images.

Or ici on détourne habilement l’objectif initial en agrandissant artificiellement l’image et en demandant à la fonction d’extrapoler un résultat.

Les Coquelicots, de Monet :

Encore plus de coquelicots (du vrai à l’intérieur du faux) :

Nous vous invitons à vous rendre sur le site dédié Extrapolated Art de Yarin Gal pour voir d’autres extrapolations présentées avec une belle animation.

Un dernier exemple, avec La Vague d’Hokusai :

Résultat assez étonnant :

On notera d’autres expérimentations similaires, comme par exemple celle proposée par la société Wolfram. Nous obtenons du même coup deux autres versions de La Nuit étoilée.

À vous de choisir votre préférée...

Voir en ligne : Extrapolated Art

Notes

[1Oui, nous aussi, on préfère le logiciel libre. Alors signalons le plugin Content Aware Fill de Gimp qui fait plus ou moins la même chose.

@RomaineLubrique

« Domaine Public »

Mots-clés