Le Vilain Petit Canard, traduit et illustré, enfin dans le domaine public !

, par aKa

Tout le monde connaît Le Vilain Petit Canard, conte pour enfants écrit en 1842 par Hans Christian Andersen.

Ce conte est depuis longtemps entré dans le domaine public, mais nous ne disposions pas d’une version illustrée et traduite qui soit, elle aussi, dans le domaine public (car il faut alors faire attention aux droits de l’illustrateur et du traducteur).

C’est désormais chose faite, tant mieux pour tous les enfants de France et de Navarre. Et ce grâce à Cyrille (et ses acolytes) qui a bien voulu répondre à nos questions.

Vous en trouverez la version PDF ci-dessous. Nous vous invitons à vous rendre sur EduLibre pour disposer du détail des fichiers créés lors du projet.

Remarque : invitation est lancée pour faire une version ePub du conte, n’hésitez pas à vous manifester dans les commentaires ou sur EduLibre.

Entretien avec Cyrille Largillier

Bonjour Cyrille, peux-tu te présenter succinctement ?

Je suis instituteur et directeur d’une école primaire. Je participe à plusieurs projets autour du logiciel et des ressources libres très souvent en rapport avec l’éducation (Framasoft, Sésamath, Edulibre...)

Tout d’abord quelques mots sur le conte d’Andersen. Il est question de différence, de tolérance, d’acceptation de soi... Cela doit parler aux enfants. Y a-t-il une période de leur évolution plus propice pour l’aborder avec eux et comment ?

À mon sens, il n’y a pas de période plus propice. C’est l’intérêt des contes en général d’avoir plusieurs degrés de lecture et de pouvoir ainsi être compris et interprétés à différents niveaux selon l’âge des enfants.

Par exemple, j’ai actuellement des CM2 et j’imagine très bien avec eux lire ce texte en introduction d’une séance de débat à visée philosophique. En même temps, mon fils de 5 ans adore cette histoire.

Andersen est mort il y a bien longtemps (1875) mais ce n’est pas pour autant qu’on trouve des versions du conte dans le domaine public. En raison des illustrations et des traductions ?

Dans le cas de cet album il y avait en effet trois personnes détenant des droits : l’auteur du texte, le traducteur et l’illustrateur. Tout est parti des magnifiques illustrations de Theo Van Hoytema appartenant au domaine public mais dont la traduction en français qui les accompagnait était encore soumis aux droits d’auteur classiques.

Tu es donc allé chercher des illustrations et une traduction du domaine public pour les assembler et proposer cette nouvelle version du conte que l’on peut utiliser et partager en toute légalité. Comment as-tu procédé techniquement parlant ? T’es-tu permis de faire quelques adaptations de la traduction initiale pour la remettre en quelque sorte au goût du jour ?

J’ai donc recherché une traduction également dans le domaine public. Celle de David Soldi sur Wikisource convenait parfaitement. J’ai volontairement gardé au maximum la traduction d’origine en faisant seulement quelques troncatures et légères adaptations pour l’adapter au rythme des illustrations. Cela permet ainsi aux enfants de redécouvrir des mots de la langue française qui ne sont plus beaucoup utilisés.

Techniquement, j’ai numérisé chaque page, effacé le texte initial et remis le texte avec GIMP. Puis création du PDF. C’est un peu fastidieux, mais les retours sont positifs.

En plus, c’est un travail qui s’est fait à plusieurs mains. Annie Lesca (qui officie notamment dans l’écosystème AbulEdu) a trouvé une version anglaise du texte, a réalisé les troncatures pour permettre la création d’une version anglaise qu’elle a ensuite enregistrée pour en faire un « Raconte-moi » (une sorte de livre audio visuel) en deux parties (1 et 2).

Odysseus (dessinateur et musicien libriste) a également apporté sa touche sur l’adaptation en français et a enregistré le texte qui sera bientôt publié dans un « Raconte-moi ».

Une version ePub avec image, texte et son est également envisagée quand j’aurai plus de temps.

Où trouver d’autres contes pour enfants dans le domaine public, si possible avec illustrations ?

Des contes dans le domaine public, on en trouve plein. Wikisource ou le projet Gutenberg sont deux sources parmi tant d’autres.

Les illustrations de qualité permettant la réalisant d’un album sont plus compliquées à trouver, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il était assez rare au XIXe siècle et avant, d’avoir un conte illustré par de nombreuses images. On avait plutôt une à deux illustrations par conte. Une autre raison est la confiscation du domaine public par certains organismes numérisant les œuvres. Le site Gallica par exemple interdit l’utilisation commerciale d’œuvres qu’ils ont numérisées, alors qu’elles appartiennent au domaine public. Ubuesque, non ?

J’ai tenté de regrouper sur cette page des illustrateurs et leurs albums élevés dans le domaine public. Au niveau des contes, j’apprécie particulièrement Leonard Leslie Brooke. (Vous noterez d’ailleurs que j’ai tout de même mis des liens vers des œuvres sur Gallica).

Si parmi les lecteurs du site certains ont des albums avec des illustrations dans le domaine public, des planches d’imagerie d’Épinal... qu’ils n’hésitent pas à les numériser et à me les envoyer via EduLibre. J’en ferai bon usage !

Voir en ligne : Le vilain petit canard - album illustré (EduLibre)

@RomaineLubrique

« Domaine Public »

Mots-clés