Un nouveau logo pour Romaine Lubrique, merci L.L. de Mars Relooking

, par Véro

Nous y pensions depuis quelque temps : Romaine Lubrique avait besoin d’un nouveau logo, pour ne pas dire un vrai logo.

Au commencement

À l’origine – et il faut remonter au lointain mois de septembre de l’an 2013 – quand Romaine Lubrique était encore à l’état de petite graine mal définie, nous avions dans l’idée de promouvoir les œuvres du domaine public avant tout par le biais de la radio.

Pourquoi la radio ? Pour plein de raisons ; parce que tout droit sortis de l’enseignement, nous apprécions la transmission orale, parce que nous aimons aller à la rencontre des gens qui nous intéressent pour discuter avec eux, parce que nous sommes sensibles au son et à la musique, parce que la diffusion radiophonique est facile d’accès grâce à Internet...

Lorsque nous avons ensuite trouvé un beau nom de baptême (pas très catholique) puis créé notre site, c’est Alexis qui a trouvé à la va-vite le logo sur Internet : un C barré pour le domaine public (comprendre : la fin du copyright), et des petites ondes qui s’en dégagent pour la diffusion radiophonique.

Il présentait l’avantage d’être tout de suite signifiant (il illustre par exemple l’article Domaine public de Wikipédia). Mais il n’était pas personnalisé, et puis il abordait le sujet par la négative (la fin d u copyright) alors même que nous prônons une « définition positive du domaine public ».

Puis Romaine Lubrique grandit

Sauf que depuis, le projet Romaine Lubrique a évolué. Nous avons comme prévu fait résonner un peu de domaine public sur les ondes d’OxyRadio, mais d’autres formes de diffusion sont naturellement venues se greffer : le site s’est nourri de rencontres, de traductions d’articles, de conférences, d’interventions télévisées, de concerts... Il fallait trouver à la Romaine une nouvelle tête, un logo plus ouvert et incarné pouvant couvrir toutes nos activités.

Ni une, ni deux, nous avons cherché, inconscients que nous étions à nous croire capables de le dessiner avec nos petites mains inexpertes.

Nous avons commencé par tourner autour de l’ancien logo, mais comme vous pouvez le constater ci-dessous, ça n’était guère satisfaisant.

Nous vous épargnons nos autres essais improbables, griffonnés sur des nappes en papier de troquets. Les résultats étaient objectivement assez catastrophiques ; des chimères disgracieuses où se mêlaient un gros accordéon, des livres, une porte, des fenêtres... Le tout porté par le doux rêve de synthétiser en un dessin l’abondance et la richesse du domaine public.

Puis vint... L.L. de Mars

C’est encore à la table d’un troquet que nous avons demandé de l’aide à L.L. de Mars, notre ami artiste, engagé dans le copyleft au tout début de sa création. Nous lui avons expliqué notre projet, et ce que nous attendions d’un nouveau logo : une image synthétique, quelque chose de plus rigoureux et sérieux, contrebalançant notre nom certes rigolo, mais, il faut bien le dire, peu explicite.

Et quelques jours plus tard, dans notre boîte mail....

Et ce petit texte de L.L. de Mars l’accompagnant :

Voilà votre logo, qui compose avec le R et le L un monogramme évoquant la tranche des livres sur sa gauche et une silhouette plus instrumentale (déclinée du violon) sur la droite. Les couleurs, quand à elles, évoquent les synthèses additives et soustractives de la vidéo et de la peinture.

On peut également voir le L comme le passé et le patrimoine... Et le R comme le présent dynamique de la numérisation et du remix.

Qu’ajouter d’autre ? Nous en sommes très contents et espérons qu’il plaira à nos lecteurs.

Voir en ligne : Le Terrier, site officiel de L.L. de Mars (créé en 1996)

@RomaineLubrique

« Domaine Public »