L’âne jaloux de Max Linder, mis en musique par Véronique Boukali Avec « Marcel », son petit accordéon

, par aKa

Le 26 janvier dernier, nous avons participé à l’organisation d’une soirée spéciale au cinéma Utopia de Toulouse, dans le cadre de la Journée du domaine public.

La soirée s’ouvrait sur un court métrage muet du trop méconnu Max Linder, mis en musique par Véronique Boukali et son accordéon, illustrant par là-même la possibilité de créer une œuvre dérivée à partir du domaine public [1].

Cela va sans dire mais c’est mieux en le disant, la musique est elle aussi dans le domaine public, sous licence Creative Commons CC0 (téléchargeable ci-dessous).

Le court-métrage est disponible sur Archive.org [2].

L’âne jaloux - Max Linder - 1912 (7min)

Max est épris d’une jeune femme qui se promène chaque jour sur son âne. Il lui donne un rendez-vous galant. La jeune femme accepte de s’y rendre, mais elle est bien décidée à éconduire le séducteur, avec la complicité de son futur mari… et de son âne.

Le court-métrage L’âne jaloux (ou Max et l’âne) de Max Linder, réalisé en 1912, montre bien toute l’inventivité de ce cinéaste, auteur d’une myriade de films, engagé par Pathé en 1905 pour faire du cinématographe tandis qu’il rêvait de brûler les planches du Conservatoire d’Art Dramatique.

Un trio de comédie (le mari, la femme, l’amant), un élément cocasse (l’âne), un quiproquo (le déguisement) et même une course poursuite et une chute spectaculaire ; c’est toute l’inventivité cinématographique de Linder qui saute aux yeux dans ce petit film. On y découvre aussi Max Linder lui-même, jouant le rôle qu’il endossera dans ses autres films : celui d’un insatiable séducteur, un Dom Juan so frenchy essuyant les déboires de ses conquêtes.

Personnage récurrent, gags hilarants, inventivité visuelle… Ce n’est pas pour rien que Charlie Chaplin considérait Max Linder comme son « professeur ».

Répétition à l’Utopia Toulouse

Voir en ligne : D’autres morceaux de Véronique Boukali

Notes

[1Remarque : On ne garde aucune trace des musiques originales choisis par Max Linder lors de ses projections publiques.

[2Il n’en existe pas, à notre connaissance, de version de meilleure qualité (ni de version originale avec les cartons en français).

@RomaineLubrique

« Domaine Public »

Mots-clés