O lima sorda, par Véronique Boukali Clip vidéo clap première !

, par aKa, Véro

Un jour férié de printemps, aKa et Véro se promenaient dans le 14e arrondissement de Paris, lui avec sa petite caméra en poche, elle avec son accordéon sur le dos…

Ils cherchaient tous deux un lieu où filmer une chanson interprétée par Véro. Ils pensèrent d’abord au parc Montsouris ; puis ils se souvinrent de la législation (absurde) qui interdit formellement aux musiciens de jouer dans des parcs municipaux. Ils optèrent alors pour le dessous d’un pont où passe le RER, mais l’écho et les bruits des trains auraient été un problème. Ils se décidèrent pour un terre-plein où il y avait des bancs et des arbres ; ils s’y dirigèrent mais passèrent devant un bar de quartier, « Le Petit Club » [1], qui était ouvert. Ils eurent l’idée de pousser la porte…

Là, des habitués jouaient aux cartes, et quelques clients discutaient au bar. L’un des joueurs de cartes se leva ; c’était Mourad, le gérant du lieu, qui les accueillit chaleureusement et accepta le tournage de la petite vidéo. Mieux encore, l’un des clients prit un tambour qui était accroché au mur et se proposa de faire la rythmique !

La vidéo fut tournée ; la voici !

« O lima sorda » signifie en italien « Ô lime sourde ». C’est une chanson écrite en dialecte romain, d’auteurs inconnus, et qui a sombré dans l’oubli. Elle a été redécouverte et réarrangée par le groupe romain BandaJorona dans les années 2000.

Que nous raconte cette chanson ? Le désespoir d’un prisonnier. La lime qu’il n’a pas pour sortir de sa cellule, lui ronge petit-à-petit le cœur. Il voit passer une colombe qu’il appelle : il prendra l’une de ses plumes pour la tremper dans son sang à lui, il écrira ensuite une lettre à sa belle, puis il y mettra le sceau de son cœur…

@RomaineLubrique

« Domaine Public »

Mots-clés